Indigo d'Oc

Collectif de designers

Yves Rinato, médiateur iconoclaste d’un design numérique tout terrain

Actu de l'asso

Où le design peut-il se nicher ?

En rencontrant Yves Rinato, le président fondateur d’Intactile Design, à Montpellier,
il est vite clair qu’il est partout. « Dès lors que l’on pratique une méthode de conception où la créativité etl’innovation s’expriment dans une intelligence collective, en tenant compte de la position de l’usager, c’est design» peut affirmer sans hésiter celui qui, depuis presque vingt ans a réussi à imposer son équipe dans des programmes réalisant une forte symbiose entre recherche, industrie et Design. Avec des entreprises comme Airbus et des partenaires comme la Région. Le 21 février à 18h30, dans les locaux de La Fenêtre, il proposera une conférence sur un de ses projets, dit B612. Une phrase du Petit Prince reviendra à l’esprit des lecteurs de Saint Exupéry : « J’ai de sérieuses raisons de croire que la planète d’où venait le petit prince est l’astéroïde B612 ». Bref, ce nom cache l’objectif « de disposer d’une police de caractères conçue spécifiquement pour garantir un affichage optimal des informations, même en contraste dégradé, sur l’ensemble des écrans des futurs programmes Airbus ». Une réalisation labellisée « Observeur du design » qui permit à Intactile Design de se voir attribuer, en 2018, l’Etoile de l’Industrie du ministère de l’économie et du commerce. Une récompense qui faisait suite à une Etoile du Design, reçue fin 2005. Déjà obtenue pour un logiciel de contrôle aérien. «Ce prix nous a permis d’être considéré comme une boîte de design. Les clients nous ont vus d’une autre façon » reconnaît aujourd’hui Yves.

Un moment important qui l’amène à revoir son parcours, depuis une jeunesse partagée entre Strasbourg et Nîmes.

Naissance à Strasbourg, école primaire et lycée dans la ville « avec un accent », collège et Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs dans la capitale du Grand Est. C’est en seconde qu’il fait Arts Appliqués, découvre la rigueur avec un prof qui l’a marqué, en même temps qu’il commence à s’intéresser aux arts. Guidé par un oncle, poète et écrivain, ayant fréquenté Philippe Soupault. « Ils m’ont beaucoup transmis » avoue Yves en bondissant vers une gravure acquise à l’époque. Et vers une grosse statuette de terre, œuvre d’un camarade de lycée, qui trône toujours sur une étagère de son bureau. « En seconde, nous étions une dizaine de jeunes motivés. Ils ont tous réussi. Cette année-là, j’ai travaillé pour m’offrir des livres sur le surréalisme » se souvient-il avec un appétit qu’il a gardé intact depuis l’adolescence. Passionné aussi, depuis ces années, par la musique. Il faut dire que pendant des étés, il eut la possibilité de faire de la figuration aux arènes de Nîmes. « J’ai rencontré Robert Alagna et découvert le chant ». Le jazz aussi. Et la corrida. Rien à voir ? Quoi que ! Se souvenant que l’ami qui l’a initié lui avait alors confié « C’est un opéra silencieux ». Après le Bac et la réussite au concours de Strasbourg, la possibilité de partir sous les drapeaux permit au jeune Yves, tenté par l’objection de conscience, de choisir de servir chez les marins pompiers de Marseille.
Expérience suggérée par son père. Il ne regrette pas d’avoir suivi ses conseils. « J’y ai acquis, entre autres, la notion  de sur-accident ». Un concept utile dans la pratique du design.

yves-rinato

Dès lors, tout s’enchaina

Ses cinq ans aux Arts Décoratifs, son recrutement chez Thomson Multimédia où il croisa Philippe Stark, ses quelques années passées en Allemagne dans une société spécialisée dans les arts graphiques et la
fondation d’Intactile Design. Un moment clef où il oublia son intérêt pour le dessin animé et les jeux vidéo. Afin de se consacrer à la création industrielle d’interfaces Homme Machine, son domaine de prédilection du 3 ème millénaire. Aidé, à ses débuts, par la Technopole de Montpellier. « Ce qui m’intéresse dans l’aventure industrielle, c’est l’aspect aventure » confesse le quinqua, à la vitalité enjouée et blagueuse. A l’image de son amusant pseudo dessiné qui le caractérise bien. Intactile Design et son logo ne manquent pas non plus d’ID… Plus sérieusement, au-delà des projets de sa société, Yves fait bénéficier Ecoles et Universités de ses compétences. Successivement à la Fac de Montpellier, à l’ENSCI, et actuellement à l’Université de Nîmes, comme maître de conférences associé. Tout en jonglant des sujets déjà évoqués, à un dictionnaire d’égyptologie interactif ou à « Mon Sud de France », un service de cartographie pour le tourisme. En passant par une gestion collaborative du trafic aérien, à l’aide aux viticulteurs ou au design de services dans l’espace public… Toujours soucieux de titiller l’expert parfois sclérosé dans sa logique rationnelle. « J’aime faire naître des objets numériques surprenants et innovants, mais surtout utiles, pratiques et astucieux affirme avec gourmandise cet iconoclaste. Et ça marche. On peut même trouver, dans la liste des projets menés à bien, un travail sur le débat, sous- titré « De l’échange à la pensée collective ». Sujet, oh combien, d’actualité !

C’est fou ce qu’Yves Rinato et sa dizaine de collaborateurs-trices d’Intactile Design peuvent faire pour nous !

Guy Hébert

Intactile Design, 20 rue du Carré du Roi 34000 MontpellierYves Rinato, président designer / 06 74 45 40 29 / 04 67 52 88 61 / rinato.y@intactile.com / intactile.com

A noter : Dans le cadre « Les designers passent par La Fenêtre », Conférence, projet B612, d’Yves Rinato, Nicolas
Chauveau, Thomas Paillot, designers à l’agence Intactile Design. 21 Février, 18h30 à La Fenêtre, 27 rue Frédéric
Peysson Montpellier